Références

Cale sèche de Concarneau

FRANCE, 2001

Conception et construction en entreprise générale d'une cale sèche de 130 m de longueur, 27 m de largeur et 10,80 m de hauteur

Acquis dans le cadre d'un appel d'offres sur performance, le chantier de la cale sèche de Concarneau a été réalisé par le groupement Soletanche Bachy/Le Pape (partie terrassements). Il s'agissait d'aménager dans une lagune existante alimentée en amont par une rivière et en aval par la mer un moyen de carénage plus adapté aux spécificités actuelles et venant en appui de l'élévateur à bateaux et le slipway déjà en service à Concarneau.




Le projet
La cale est un ouvrage de 130 m de longueur, 27 m de largeur et 10,80 m de hauteur clos en aval par une porte coulissante montée sur des chariots. L'extrémité amont de la cale est constituée par une rampe d'accès hélicoïdale permettant une meilleure exploitation de l'outil par les entreprises portuaires. Une salle des pompes est intégrée à l'ouvrage et permet, outre de mieux gérer les eaux de lavage ou de fuite de la porte, de vider la cale en 4 heures (3 pompes pouvant débiter jusqu'à 4000 m3/heure) lors de l'attinage d'un navire. La cale possède tous les équipements portuaires d'usage tels que les bollards, cabestans ou treuils de halage.

La solution proposée
La difficulté du marché résidait, entre autres, dans la gestion des vases tapissant le fond de la lagune (jusqu'à 7 m d'épaisseur) tout en respectant le besoin d'établir à terme des terre-pleins tout autour de la cale compatibles avec une exploitation portuaire (portance minimum de 3 t/m2). Devant les problèmes liés à un terrassement et à une évacuation encore plus problématique de ces vases, notre choix s'est arrêté sur une consolidation in situ par préchargement. Hormis le volume intérieur à la cale, toutes les vases sont donc restées en place. Une fois la lagune isolée des venues d'eau extérieures par la création d'un chenal de dérivation pour la rivière, il a été possible de la vidanger et ainsi mettre à jour toute cette vase. Un géotextile a été déployé sur toute la superficie et recouvert d'une couche de gravier drainant d'un mètre d'épaisseur. Des drains plats ont été foncés à partir de la plateforme ainsi constituée jusqu'au rocher avec une maille d'1 x 1 m. Le chargement futur de remblais a alors permis progressivement d'assécher les vases, des puisards ayant été disposés pour collecter l'eau au sein de la couche drainante. Un tassement d'un mètre environ a été observé et les travaux de construction ont alors pu réellement débuter.
Les bajoyers ont été réalisés en paroi moulée, ces derniers étant maintenus en tête par des tirants passifs à un contre-rideau de palplanches et butés en pied par le radier béton de la cale.

Un radier drainant a été mis en place pour éviter toute sous-pression sur le fond de la forme lors de l'exploitation. Les travaux relatifs à l'entrée de la cale se sont faits à l'abri d'un batardeau étanche réalisé dans le port : salle des pompes, radier sous porte, et garage de la porte (sous forme d'un déroctage stabilisé par un soutènement en béton projeté et clous).
Le marché prévoyant la livraison d'un outil de carénage clef en mains comprenait également la création d'une chaussée de contournement de la cale, de tous les réseaux (eau potable, électricité, gaz et incendie), d'un bâtiment d'exploitation R+1 ainsi que tous les équipements nécessaires à l'échouage des navires (tins ou autres chariots de halage).
Une des dernières opérations de cet ouvrage aura été le montage complet de la porte de la cale à partir de 4 caissons primaires pour former un ensemble de 28 m de long sur 11 m de hauteur et 4 m de large pour un total de 170 tonnes. Mise à l'eau à l'élévateur à bateaux voisin, la porte a été remorquée jusqu'à son emplacement puis échouée sur ces chariots préalablement disposés sur les rails de cheminement.

390.pdf


Techniques

Autres soutènements

Un écran de soutènement est une structure élancée, permettant d’exécuter une excavation verticale. Contrairement aux murs de soutènement, le poids d’un écran joue un rôle mineur dans sa capacité à équilibrer les poussées.

Génie Civil

Quelle que soit la taille du chantier, et à la seule condition qu’il comporte une part significative de travaux dans le sol, Soletanche Bachy prend en charge la réalisation complète d’un ouvrage, incluant la conduite générale des travaux, le terrassement, les fondations, le génie civil, ainsi que tous les corps d’état.

Paroi moulée

Une paroi moulée est un écran en béton armé moulé dans le sol. La stabilité de la tranchée pendant les opérations de forage, de ferraillage et de bétonnage est obtenue avec un fluide de perforation appelé boue. La boue est fabriquée avec de la bentonite. Elle forme sur les parois de l’excavation un dépôt étanche appelé cake qui lui permet de ne pas percoler dans le terrain et d’assurer la pression hydrostatique qui s’oppose à l’éboulement des parois. Une boue fabriquée avec des polymères peut être aussi utilisée.

Tirants d'ancrage

Un tirant d’ancrage est un dispositif capable de transmettre les forces de traction qui lui sont appliquées à une couche de sol résistant en prenant appui sur la structure à ancrer. Un tirant est dit provisoire si sa durée d’utilisation est inférieure à deux ans, permanent dans l’autre cas.

Ouvrages

Ouvrages maritimes

Qu’ils soient exécutés par voie terrestre ou nautique, les ouvrages maritimes et fluviaux font appel à des techniques et à un savoir-faire spécifiques, dont Soletanche Bachy et sa filiale Balineau spécialisée en travaux nautiques ont une longue expérience.


Voyage au coeur de l'ingénierie de pointe

Découvrez notre monde de savoir et de réalisations par :