Références

Terminal gazier de Zeebrugge

BELGIQUE, 2005

Réalisation d'un puits circulaire pour un réservoir gazier.

Dans le cadre du projet d’extension du terminal gazier de Zeebrugge, Fontec, filiale belge de Solétanche Bachy, s’est vue confier les travaux de paroi moulée pour la réalisation d’un réservoir de Gaz Liquide Naturel.
Solétanche Bachy a réalisé l’ouvrage en entreprise générale, sur la base d’un contrat conception réalisation, en partenariat avec Technigaz et MBG.
Le réservoir est un puits d’un diamètre intérieur de 90,50 m et d’une capacité de stockage de 140 000 m3. Les 3 réservoirs existants avaient été réalisés par Solétanche Bachy dans les années 80 et étaient constitués d’une paroi moulée de 1,5 m d’épaisseur et d’un contre voile de 80 cm d’épaisseur. Grâce à un procédé de calcul innovant, une variante a pu être proposée pour ce nouveau réservoir : la solution retenue est une paroi moulée de 1,20 m d’épaisseur sans contre voile, qui descend jusqu’à 39,50 m, pour une profondeur dégagée de 25 m (partiellement jusqu’à 28 m).


Le projet étant localisé dans un site de stockage de gaz, une attention particulière a été portée à la sécurité et les procédures ont été renforcées.
D’autre part, des défis techniques étaient à relever : une résistance minimale du béton de 40MPa compte tenu des contraintes dans la voûte en béton, une tolérance de verticalité de 0,5% et une continuité parfaite de la paroi sans déboîtement. Ces spécifications ont engendré le renforcement de l’équipe qualité pour contrôler les travaux de manière continue.

Les parois ont été réalisées par une benne hydraulique dirigeable KS3/2 et une benne mécanique lourde, équipées de systèmes d’enregistrement de verticalité (Système Sakso). La paroi circulaire est constitué de 43
panneaux de 6,68 m de long et 39,5 m de profondeur (longueur développée de la paroi selon l’axe de la paroi circulaire = 287 m). L’excavation des parois traversait des remblais, des sables argileux et des sables compactes avec un ancrage de minimum 3 m dans l’argile. Les connections entre les panneaux étaient faites par des joints CWS (simple joint waterstop).
Un suivi rigoureux de le verticalité (inclus le vrillage) était mis en place pour assurer une bonne continuité de la paroi circulaire. Une fois la paroi moulée terminée, la construction de la poutre de couronnement
a pu démarrer, suivi du terrassement dans l’enceinte de la paroi. Neuf tubes inclinométriques et 24 extensomètres ont été incorporés dans la paroi pour le suivi du comportement de la paroi pendant le
terrassement de l’intérieur du puits et pendant la construction du reservoir LNG.

Contenu au format PDF

507.pdf


Techniques

Paroi moulée

Une paroi moulée est un écran en béton armé moulé dans le sol. La stabilité de la tranchée pendant les opérations de forage, de ferraillage et de bétonnage est obtenue avec un fluide de perforation appelé boue. La boue est fabriquée avec de la bentonite. Elle forme sur les parois de l’excavation un dépôt étanche appelé cake qui lui permet de ne pas percoler dans le terrain et d’assurer la pression hydrostatique qui s’oppose à l’éboulement des parois. Une boue fabriquée avec des polymères peut être aussi utilisée.

Ouvrages

Puits

Les puits circulaires en paroi moulée ont connu leur réel développement dès que les outillages modernes ont permis d'assurer une verticalité des parois telle que le cylindre ainsi réalisé puisse être considéré comme autostable, c'est à dire sans qu'il soit nécessaire de le stabiliser par des tirants, des butons ou des anneaux de béton armé.


Voyage au coeur de l'ingénierie de pointe

Découvrez notre monde de savoir et de réalisations par :