Références

Viaduc de Tenay - Déviation Argis-Tenay

FRANCE, 1994

Réalisation de parafouilles circulaires pour protéger la laison semelle-micropieux des piles d'un viaduc.

Entre Ambérieu en Bugey et Belley, la route nationale 504 traverse le Sud du département de l'Ain par la "Cluse des Hôpitaux", vallée étroite creusée par la rivière Albarine dans le massif calcaire du Jura. Ce passage, emprunté également par une voie ferrée, est situé sur l'itinéraire d'une liaison transalpine principale et fait l'objet d'un trafic de poids lourds intense. Au droit de la petite ville de Tenay, la vallée est particulièrement encaissée et l'aménagement d'une déviation nécessite la construction d'un viaduc dont les piles sont fondées dans les éboulis de pied des falaises calcaires jusque sous le niveau de la rivière.

Pour permettre l'exécution des fouilles de ces fondations à l'abri de l'eau, une protection circulaire par colonnes sécantes de jet double de 80 cm de diamètre, 60 cm d'espacement et 20 bars de résistance minimum à la compression simple a été réalisée depuis une piste de travail aménagée au bord de la rivière.

Pour déterminer les paramètres de traitement à employer dans les éboulis ou alluvions avec blocs du site, 4 colonnes d'essai, dont 2 isolées et 2 avec un entraxe de 60 cm, ont été réalisées et déterrées au début des travaux.

Deux types de terrain ont été identifiés :
- éboulis pierreux crus,
- éboulis dans une matrice argileuse.
Dans les deux cas, on a obtenu largement le diamètre et la résistance demandés, et on a pu vérifier que la présence de blocs ne provoquait pas d'effet de masque trop important avec 60 cm d'espacement entre colonnes, à condition que, compte tenu de la nature parfois argileuse de la matrice, les colonnes sécantes soient réalisées autant que possible en séquence "fresh-in-fresh" (en successif).

Sur ce chantier, Bachy a aussi réalisé les micropieux de fondation des semelles des piles du viaduc, dont le dimensionnement a été vérifié par un essai à la traction sur un micropieu d'essai.

242.pdf


Techniques

Jet grouting

Le procédé jet grouting consiste à déstructurer un sol en profondeur à l’aide d’un jet haute pression (classiquement de 20 à 40 MPa) dans un forage et à mélanger le sol érodé avec un coulis autodurcissant pour former des colonnes, panneaux et autres structures dans le terrain. Il est caractérisé par une substitution plus ou moins importante du sol en place, fonction de la nature du sol, de la technique utilisée, et de l'objectif à atteindre. Dans les terrains granulaires le jet haute pression disperse les grains par érosion, dans un sol cohérent le jet découpe des morceaux plus ou moins gros d'argile. La haute pression est nécessaire pour obtenir l'énergie cinétique nécessaire du jet au travers d'une buse de petit diamètre. Lors de la réalisation du jet grouting, les excédents de matériau (mélange sol, eau et ciment) sont récupérés en surface pour évacuation en décharge.

Pieux Micropieux

Un pieu est défini comme un élément structurel placé dans le sol pour transférer des actions et limiter des déformations, et dont le rapport d’élancement n’est pas limité.
Les fûts des pieux peuvent être rectiligne uniforme, télescopique, élargi et à base élargie.
Les pieux sont soit isolés, soit groupés. Ils peuvent aussi former un mur de soutènement de type rideau mixte, pieux jointifs, pieux sécants, rideau composite comme les berlinoises et similaires. Les pieux sont utilisés aussi comme poteaux préfondés pour être intégrés à la structure du bâtiment qu’ils supportent.

Ouvrages

Ouvrages routiers

De nombreux ouvrages routiers font appel aux techniques développées par Soletanche Bachy : tunnels, tranchées couvertes, viaducs, ...


Voyage au coeur de l'ingénierie de pointe

Découvrez notre monde de savoir et de réalisations par :